À la Jaille-Yvon, travaux de restauration de la continuité écologique

Le Département réalise différents aménagements pour favoriser la migration des poissons.

Temps de lecture :  min.

    Descriptif succinct des travaux

    Introduite par la Directive cadre sur l’eau en 2000, confirmée par la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques en 2006 et entérinée par la Loi Grenelle 1 en 2009, la notion de continuité écologique vise à atteindre le bon état écologique des masses d’eau en assurant une migration non perturbée des organismes aquatiques et le transport des sédiments.
    Depuis 2012, la rivière Mayenne en Maine et Loire est classée en liste 2 au titre de l’article L.214-17 du Code de l’environnement, ce qui oblige le Département de Maine-et-Loire, propriétaire des 8 ouvrages constituant des obstacles, à les rendre franchissables par les poissons et les sédiments en les équipant de dispositifs appropriés.
    L’aménagement retenu à la Jaille-Yvon est la création d’une rivière de contournement en rive gauche du déversoir (réalisée en 2020) ainsi que l’installation d’une passe à anguilles en rive droite (travaux 2021).

    Quels bénéfices attendus ?

    Améliorer le bon état écologique de la rivière Mayenne en favorisant la migration piscicole et le transit sédimentaire.
    Les espèces piscicoles ciblées par la réglementation (appelées aussi espèces dimensionnantes) à prendre en compte sur la Mayenne sont les suivantes :

    • Anguille européenne
    • Grande alose
    • Lamproie marine
    • Brochet
    • Vandoise
    • Barbeau fluviatile
    • Hotu

    Voir en plein écran

    Coût de la passe à anguilles

    Montant total = 94 678 € HT
    Subvention 50 % Agence de l’Eau Loire Bretagne = 47 339 €
    Subvention 30% Région Pays de la Loire = 28 403 €
    Reste à charge du Département (20%) = 18 936 €
    Travaux réalisés par l’entreprise Vinci Terrassement.

    Planning

    Lancement des travaux courant septembre 2021.
    Durée de chantier estimée à 4 semaines.

    Impact pour les usagers/nuisances

    Durant toute la phase d’exécution, le chantier génèrera des nuisances sonores et visuelles liées aux déplacements des matériaux nécessaires et à la construction des passes à poissons. En fonction des conditions météorologiques, les travaux risquent également de provoquer de la poussière due au chargement/déchargement de matériaux. Le Département s’attachera au maximum à limiter la gêne occasionnée.

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre de l'eau en Anjou