À Pruillé, les berges de la Mayenne restaurées grâce à des matériaux écologiques

Le Département fait actuellement restaurer les berges de la rivières Mayenne grâce à des techniques innovantes de génie végétal.

Temps de lecture :  min.

    À Pruillé, à proximité de la zone réservée à la pratique du ski nautique, les berges de la rivière Mayenne sont soumises depuis plusieurs années aux sévères effets des vagues créées par les bateaux et skieurs. Au point d’éroder et de fragiliser les berges. La présence du chemin de halage en rive droite qui, de surcroît, est très fréquenté par les promeneurs et cyclistes rend l’intervention prioritaire de ce côté de la rivière.
    Dans ce contexte, le service Rivières et Domaine public fluvial a décidé de lancer, sur ce secteur, un programme de restauration sur plusieurs années afin d’enrayer le phénomène d’érosion tout en préservant les usages.
     

    Le végétal a du génie

    Dans la continuité des démarches engagées à Grez-Neuville, le service Rivières et Domaine public fluvial se concentre sur la mise en place de techniques de génie végétal, moins coûteuses et adaptées au milieu naturel. Le principe est assez simple : il s’agit de remplacer des éléments en maçonnerie périssables, au fond d’un cours d’eau, par des végétaux. Les racines faisant ici office de ciment naturel pour maintenir les rives. Cette technique a aussi l’avantage d’être un lieu de développement plus propice pour la faune et la flore environnante.
    Ici, pas de béton, les cordes en chanvre remplacent les clous et vis et les piquets en châtaigniers. L’ensemble des matériaux utilisés sont intégralement naturels et locaux. C’est le cas notamment des saules servant de lit à la retenue de la terre à la place de géotextile dont la provenance est parfois très lointaine…

    Un partenariat avec le lycée du Fresne à Angers

    Pour l’assister et l’aider à expérimenter de nouvelles actions, le Département a signé une convention de partenariat avec le lycée du Fresne d’Angers permettant de laisser les projets aux mains d’étudiants en formation pour adulte génie écologique. Préparation du projet et du chantier, études, commandes et livraisons des fournitures, du matériel, travaux… Les étudiants devront tout faire, comme une « vraie » entreprise, en dehors de l’aspect financier et de leurs « salaires » réglés par la collectivité.
    Environ 10 000 € TTC sont mobilisés pour l’ensemble des travaux effectués cette année sur 2 secteurs de 28 mètres de longueur, englobant les matériaux, la main d’œuvre et la location des matériels.

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre de l'eau en Anjou