L'hydrogéologie du Maine-et-Loire

    Temps de lecture :  min.

      Le Maine-et-Loire compte trois ensembles distincts :

      • les formations sédimentaires appartenant à la bordure du Bassin parisien, dans la zone Est du département, peuvent constituer des aquifères intéressants à l’échelle du Maine-et-Loire principalement dans le Cénomanien, parfois dans le Séno-Turonien et, dans une moindre mesure, dans le Dogger (Jurassique) ;
      • les alluvions de la Loire, dans l’axe central du territoire départemental, constituent l’aquifère alluvial avec des sables et graviers souvent de bonne perméabilité qui favorise le stockage des eaux souterraines dont le fonctionnement est dépendant du régime de la Loire ;
      • les terrains du Massif armoricain contiennent, dans la partie Ouest du département, des aquifères fissuraux dits de socle avec des ressources en eau limitées. 

      Pour en savoir plus, consulter le document "échelle stratigraphique et aquifères".

      Aquifère du Socle ou Massif Armoricain

      Le modèle conceptuel d'aquifère en zone de socle comporte deux niveaux :

      • l’horizon supérieur (altérites), constitué de roche altérée, joue le rôle de réservoir,
      • l’horizon inférieur (milieu fissuré, fracturé) est constitué par la roche saine. Les circulations d’eau y sont déterminées par les réseaux de fissures ou fractures.

      Aquifère du Jurassique

      Dans les calcaires, les circulations d'eau sont importantes dans les zones fissurées. Les débits y sont conséquents (150 m3/h et plus). Dans les secteurs non fissurés, les forages sont très peu productifs.
      Les terrains à dominante argileuse, en général défavorables, peuvent fournir de faibles débits (si intercalations calcaires ou sableuses).

      Aquifère du Séno-Turonien

      La craie et les sables du Séno-Turonien forment un aquifère de productivité moyenne (liée à la fissuration du calcaire).

      Aquifère du Cénomanien

      Les sables graveleux du Cénomanien sont d'excellents aquifères (sables de Jumelles). Lorsque ces formations sont fortement argileuses, elles sont peu productives (marnes du Cénomanien inférieur et supérieur).
      Les sables du Cénomanien représentent un enjeu important notamment pour l'approvisionnement en eau potable du département.

      Aquifère du Pliocène-Miocène

      Les formations tertiaires sont caractérisées par leur lithologie, à savoir des marnes et calcaires éocènes, des faluns miocènes et des sables pliocènes. Les formations du Pliocène sont toujours très localisées, soit sous forme de placages peu épais, soit en remplissage de bassins d'effondrement. Les formations du Miocène se retrouvent quant à elles uniquement dans quelques bassins d'effondrement. Étant donné l'extension et l'épaisseur de ces formations aquifères, le Pliocène et le Miocène ne constituent pas une réserve importante en eau souterraine à l'échelle du département.

      Aquifère des Alluvions

      Les alluvions des grands cours d'eau constituent des aquifères de productivité généralement importante. Les alluvions peuvent cependant contenir des intercalations de lentiles argileuses. Les alluvions peuvent se superposer à un autre aquifère productif.
      En Maine-et-Loire, ce sont les alluvions de la Loire qui sont sollicités pour l'alimentation en eau potable.